Plus que jamais 2019 doit être l’année de la relance européenne ! Nous entendons bien y contribuer. Il ne s’agit plus d’avoir des projets (nous les avons…) mais de réaliser des activités qui serviront de point d’appui citoyen à la relance européenne en permettant à chacun de faire son expérience européenne. Il s’agit donc d’avancer vers l’Europe des citoyens.

Il y a d’abord le civisme européen proprement dit que l’on peut définir comme la prise de conscience de la citoyenneté européenne. Des débats sur l’actualité européenne mettront en valeur la dimension européenne et feront comprendre que l’Europe est la solution à nos problèmes communs. Les journées thématiques manifestent concrètement l’existence de l’Europe : le 9 mai célèbre l’Union européenne, la Journée européenne des langues fait la promotion de la diversité et de la communication interculturelle alors que les Journées européennes du patrimoine sensibilisent au patrimoine culturel commun. Et la semaine européenne de la démocratie locale rapproche les collectivités locales de la dimension européenne. Il est nécessaire aussi de développer des rencontres entre citoyens européens de différents pays car c’est ce qui fait prendre conscience de la citoyenneté européenne au niveau local. Et n’oublions pas les fêtes européennes qui associent Europe et convivialité. Connaître les autres peuples européens est également indispensable car on ne peut être Européen tout seul chez soi. Le partenariat avec les Présidences tournantes des organisations européennes sont très utiles dans ce domaine : en 2019, la Finlande et la Roumanie seront donc nos principaux partenaires. Enfin, l’action scolaire est essentielle car elle s’adresse aux jeunes générations. Nous disposons de 2 instruments pertinents dans ce domaine : un concours scolaire qui fait appel à la créativité des élèves et un certificat d’études européennes qui donne les bases d’une éducation civique européenne.

Mais nos concitoyens veulent aussi participer à l’Europe. Cette exigence est légitime car elle exprime la démocratie européenne. Bien sûr, ce n’est pas nous qui allons diriger l’Europe mais nous pouvons contribuer à faire entendre le point de vue des citoyens auprès des décideurs européens : c’est l’objectif de notre action pour la démocratie participative européenne. Il faudra favoriser la participation aux élections européennes en expliquant le rôle du Parlement européen. La continuité de notre coopération avec les Présidences tournantes de l’UE et du Conseil de l’Europe mettra les citoyens en contact avec les représentants des vrais décideurs car n’oublions pas que ce sont les Etats qui décident. Nous pouvons être fiers des 2 rendez-vous que nous proposons à ce niveau : le forum eurocitoyen de notre A.G. (avec l’ambassadeur de Roumanie) et la journée des Présidences européennes (avec l’ambassadeur de Finlande). 2019 sera particulière puisque la France présidera le Conseil de l’Europe. Enfin, notre opération « en direct avec la Commission européenne » mettra les citoyens en contact avec celle qui est « le moteur de l’Europe »…

Au nom de la Maison de l’Europe de Provence, je présente à tous les Européens, et plus spécialement aux visiteurs de ce site, nos meilleurs voeux pour 2019. Que la nouvelle année vous apporte tout ce que vous désirez !

Pour l’Europe, je souhaite de la volonté réaliste et pragmatique. J’attire votre attention sur deux signaux en ce début d’année. Le premier est triste et négatif. L’assassinat brutal du maire de Gdansk le 13 janvier : c’est le signe que la haine est de retour en Europe. Le second est plus positif. La signature du nouveau traité franco-allemand, le 22 janvier, signifie que ces deux Etats vont peut-être reprendre leur rôle de « moteur » de l’Europe : on peut l’espérer car ce serait utile puisque nous sommes dans le système de l’Europe des Etats.

Alors mes voeux européens ? Que le signe positif l’emporte définitivement sur le signe négatif ! Alain-Pierre Merger

Ce concours scolaire est organisé par la Maison de l’Europe de Provence avec le soutien de la Représentation régionale de la Commission européenne et le Bureau d’information du Parlement européen à Marseille.

POUR LES COLLEGIENS

Avec le soutien financier et logistique du Conseil départemental des BdR, deux sujets au choix.

sujet 1 : une image vous donne envie de visiter un pays de l’U.E. (autre que la France). Vous pouvez effectuer un montage, utiliser les magazines, les brochures d’agence de voyages, internet, etc. Expliquez votre choix.

Sujet 2 : expliquez pourquoi vous vous sentez proche des autres collégiens des pays de l’U.E., ce que vous avez en commun et qui vous donne envie de les rencontrer.

POUR LES LYCEENS

Avec le soutien financier et logistique du Conseil régional de la région Sud, deux sujets au choix.

sujet 1 : Faites-nous découvrir une tradition, une coutume, une recette, un monument d’un pays de l’U.E. (autre que la France). pourquoi ne pas interroger un Européen ? Lors de votre choix, soyez original. Pensez à illustrer votre propos.

sujet 2 : en 2019, les élections européennes. Un(e) élève vous dit qu’il (elle) n’ira pas voter. Expliquez-lui par écrit pourquoi il est nécessaire de voter pour ces élections européennes.

*** Les enseignants sont appelés à faire participer une ou plusieurs classes. Il y aura une centaine de lauréats dans chaque catégorie et les établissements qui auront engagé le plus grand nombre de classes seront aussi récompensés.                                                           Au total, près de 10 000 € de prix ! Date limite d’envoi des travaux : 21 décembre 2018.

Demandez au plus tôt le règlement détaillé du concours à M. Jean-Marie MANZON, responsable des concours scolaires de la Maison de l’Europe de Provence, 19 bd Dauzac, 13004 Marseille (06 68 71 86 00, jean-marie.manzon@orange.fr)