Newsletter du 25 avril 2021

 

EUROPROVENCE/HEDBO 

25 avril 2021

I) EDITO

La Maison de l’Europe de Provence est heureuse de vous présenter le numéro zéro de sa nouvelle newletter. Cette parution a été rendue possible grâce à l’arrivée d’une nouvelle équipe de stagiaires, plus nombreux que d’habitude et très compétents dans les nouvelles technologies. Merci à nos jeunes collaborateurs qui nous permettent enfin de communiquer avec vous dans l’esprit de notre époque, au moyen de cette newsletter et de notre site ! 

Ce mois d’avril est un mois d’attente : nous espérons sortir prochainement de la crise sanitaire mais nous n’en sommes pas encore sortis… Dans ces conditions, les manifestations physiques sont toujours impossibles. Nous ne baissons pas les bras pour autant et nos 2 prochaines grandes manifestations auront lieu en distanciel pour la Fête de l’Europe et  par envoi postal pour la remise des prix du concours scolaire. 

Grâce à nos équipes (Bureau, C.A. et stagiaires), l’Europe des citoyens en Provence n’a pas été soluble dans la crise sanitaire… 

Alain-Pierre Merger

II) PARTENARIATS

Les partenariats sont un élément essentiel de l’action à la Maison de l’Europe car ils correspondent à l’esprit européen.
Voici 3 manifestations de l’Association des Jumelages et des Relations Internationales d’Aix-en-Provence (A.J.R.I) que nous soutenons :


=} 11 mai 2021 : visio-réunion «Une promenade virtuelle dans Grenade, son histoire, ses rues, ses monuments, ses
grands personnages » (16h00 à 18h00), manifestation également soutenue par l’Association franco-espagnole, La Noria.

=} 18 mai 2021 : visio-concert d’un groupe musical de Bath (Royaume-Uni)  et des choristes de Grenade (18h00 à 20h00). 

=} 25 mai 2021 : visio-concert de la  chorale de Bath et de l’ensemble vocal de Pérouse (Italie), (18h00 à 20h00). 

Les liens seront communiqués.

III) DERNIERES NOUVELLES

La Maison de l’Europe de Provence : 

Acueille sa nouvelle équipe de stagiaires pour la période mi-avril/mi juin. Deux stagiaires sont étudiantes en master de Droit européen : Isabelle (Nancy) et Nouhaila (Albi). 

Amelia, Asma, Imane, Julie, Melek, Sarah et Thomas viennent de l’Institut de Management Public et de Gouvernance Territoriale (IMPGT) d’Aix-en-Provence. 

Tous dynamiques et compétents, ils vont vivre une expérience locale de  citoyenneté européenne. 

Nous avons repris contact avec l’antenne Erasmus Student Network (ESN) d’Aix en-Provence. Cette antenne d’Aix va s’associer à la Maison de l’Europe pour préparer le 9 mai 2021.

Témoignage d’une lycéenne allemande

Photo prise par Madame Franke à la Maison de l’Europe de Provence : (de gauche à droite) Emilia Stromberg (stagiaire allemande), Madame Stéphanie Fernandez (Adjointe au Maire d’Aix-en-Provence, chargée des Affaires européennes), Alain-Pierre Merger, Isabelle Rossard (stagiaire), Nouhaila Sama (stagiaire). 

Emilia Stromberg, jeune stagiaire allemagne, de Coblence, a fait un stage de deux semaines : du 29 mars au 9 avril 2021 au sein de la Maison de l’Europe de Provence. 

Durant son séjour, elle a suivi la formation sur la citoyenneté européenne et participé à une intervention scolaire au lycée St-Maximin-la-Sainte-Baume. Elle a également réalisé une enquête sur les jeunes et l’Europe (à paraître prochainement). 

Pour la clôture de son stage, nous lui avons demandé de nous présenter Coblence et particulièrement, le confluent de la Moselle et du Rhin. Ce confluent qui pourrait être un symbole européen : la Moselle lorraine qui s’unit au Rhin allemand. 

Cette séance a également été l’occasion d’une rencontre avec Madame Stéphanie Fernandez, Adjointe au Maire d’Aix-en-Provence, chargée des Affaires européennes. 

Ce stage a été possible grâce à la coopération avec Madame Franke qui dirige France4Fans dont l’objectif est d’organiser des séjours de jeunes Allemands dans le Sud. Il y a également eu une coopération avec le Centre Franco Allemand de Provence qui a accueilli Emilia. 

« Je souhaite remercier toute la Maison de l’Europe de Provence et Monsieur Merger pour les deux semaines passées avec vous. J´ai beaucoup appris et je suis très heureuse d’avoir pu vivre cette expérience. ». – Emilia Stromberg 

TRIBUNE D’UNE JEUNE EUROPEENNE

La Commission européenne, toujours plus proche des citoyens

ISABELLE ROSSARD

Etudiante en master 2 de Droit de l’Union européenne au Centre Européen Universitaire. Stagiaire à la Maison de l’Europe de Provence

La Commission européenne siège au Berlaymont, à Bruxelles, tout comme les autres institutions européennes, à l’exception du Parlement et de la Cour de Justice. Au niveau fonctionnel, le propre de la Commission européenne est qu’elle est à l’origine, à l’initiative des actes européens.

Souvent décrite par les citoyens comme inefficace, opaque, technocratique et autocratique, la Commission est particulièrement considérée comme le bouc-émissaire des institutions. En effet, elle est l’institution la plus mal aimée. Elle est souvent décrite par les citoyens comme trop éloignée de la population et de la réalité des choses.

La Commission a connu ses heures de gloire. Néanmoins, depuis la démission de Jacques Santer en 1999, elle a du mal à retrouver cette image. Aussi, cette institution ne cesse de mettre en place des ponts entre elle et les citoyens européens. A travers différents évènements et mesures, notamment l’Initiative Citoyenne Européenne, la Commission se veut toujours plus accessible et proche de ses citoyens, et en particulier, de ses jeunes.

Des études ont montré que les citoyens se sentent nationaux avant de se sentir européens. Et, beaucoup ne vont pas voter aux élections européennes, souvent par manque d’intérêt.

Dans les faits, la démocratie européenne ne se reflète pas vraiment dans les Initiatives Citoyennes Européennes. Depuis sa mise en place en 2011, peu d’initiatives ont abouti. De plus, la Commission se réserve le droit de ne pas donner suite à ces travaux de citoyens qui se   sont   pourtant   mobilisés   pour   une   cause   qu’ils   ont   à   cœur   de   défendre (c.f   CJUE, C-418/18, Puppinck e.a. contre Commission européenne, 2019).

L’Europe des citoyens et leurs participations se reflètent, en premier lieu, dans les votes. Cependant, encore faut-il que les citoyens se sentent européens, et sachent que « La citoyenneté de l’Union s’ajoute à la citoyenneté nationale et ne la remplace pas. ». Cette notion est introduite par le traité de Maastricht en 1992, et est instituée par le Traité de Lisbonne en 2009. Elle confère aux citoyens différents droits (c.f articles 20-25 TFUE) dont peut-être, ignorent-ils leur importance.

En 2019, la Commission a organisé un séminaire « Meet, Ask, Discuss and Join the European Election Campaign 2019 » pour mobiliser les citoyens, et en particulier, les jeunes de 18 à 25 ans. J’ai été sélectionnée par la Commission pour être ambassadrice de ses élections. L’évènement était composé d’ambassadeurs sélectionnés dans chacun des pays de l’Union européenne, et proportionnellement au nombre d’habitants.

Dans une atmosphère studieuse, nos journées étaient consacrées à des séances plénières avec Stephen Clark (Coordinateur des élections européennes 2019) et Sixtine Bouygues (Directrice générale adjointe à la communication de la Commission européenne) sur le thème du vote et des défis futurs pour l’Union. Il y avait également des débats, entre professionnels et participants, ainsi que des groupes de travail pour étudier les différents moyens de sensibilisation du public au vote européen. Différentes initiatives ont été trouvées pour mobiliser le public à aller voter. Nous nous sommes servis d’un moyen utilisé quotidiennement par les jeunes : les réseaux sociaux, et en particulier, le hastag #ThistimeIvote.

Nous, jeunes ambassadeurs bénévoles n’avons pas été recrutés par la Commission pour faire campagne pour un parti en particulier : notre mission était apolitique, factuelle et sourcée.

Notre campagne de sensibilisation a été une véritable réussite auprès des citoyens car on a constaté que le taux de participation aux élections a augmenté, depuis les élections européennes de 2004.

D’après la pensée populiste, l’Union européenne concerne seulement les intellectuels. Ceci n’est pas vraiment correct. En effet, l’Union s’adresse à chaque citoyen, et tout citoyen doit participer à cette construction. La construction européenne est faite pour et par les citoyens. Et, la première chose qu’un citoyen puisse faire pour participer à cette construction et à la vie européenne est de faire entendre sa voix par le vote.

Related Articles

Responses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.